Edgar A. Schoaff : La publicité, c´est l´art de faire des mensonges entiers avec des demi-vérités.

Manifestation

 

Le Président de la République vient d’être élu dans les conditions que l’on connaît. Le Front national a été battu et c’est une excellente nouvelle pour notre République. Pour autant, notre combat contre les idées d’extrême droite doit se poursuivre et s’amplifier.

Ne nous trompons pas, cette élection n’est pas un plébiscite pour le nouvel élu.


Monsieur Macron à ce qu’il recherchait une majorité forte à l’Assemblée Nationale pour appliquer son programme à la lettre, avec comme priorité la casse du Code du Travail et de la protection sociale.

Il s’est entouré pour cela d’un premier ministre de droite et de ministres parmi les plus libéraux. Le CV de la nouvelle Ministre du Travail est éloquent. Ancienne DRH de grands groupes comme Danone ou Dassault, familière de nombreux conseils d’Administration, sa vision de l’entreprise, se limite, semble-t-il  au périmètre des bureaux des Directions générales branchés sur une ligne directe avec le Medef.

 

On comprend dès lors l’enthousiasme délirant de Gattaz qui ne se prive pas d’encourager président et ministres à aller vite, très vite pour « libérer l’entreprise » 

Le programme du nouveau gouvernement se situe clairement dans la continuité des mesures prises par Nicolas Sarkozy et François Hollande ces dix dernières  années contre les conquêtes sociales. L’homme qui se présente comme « neuf », hors système et loin des partis, est dans les faits le plus pur représentant de la finance internationale.

Emmanuel Macron « marche » depuis dans les pas de Denis Kessler, ex-vice- président du Medef. En finir avec le programme du Conseil National de la Résistance.

Il propose un basculement beaucoup plus radical que celui de la loi El Khomri. Il veut renvoyer à la négociation d’entreprise « tous les sujets fondamentaux qui font les relations du travail » Il s’agit de donner la primauté aux accords d’entreprise sur le code du travail et les conventions collectives : «  la durée du travail, au salaire et aux conditions de travail et donner tout le  pouvoir au patron pour licencier selon le carnet de commande de l’entreprise »( la fin du CDI)  En finir avec le CNR ?Macron propose après la réforme du code du travail de s’attaquer à la sécurité sociale en fiscalisant son financement par la CSG, il mettrait fin au salaire socialisé de la fiche de paie.  Emmanuel Macron entend aller vite et « légiférer » par ordonnance dès cet été  Alertons les salariés, le 20 juin tous et toutes dans la grève et les manifestations dans le Loiret.


Liens Relatifs